ishta

concerned journalism & imaginalism / © Ishta
www.ishta.fr / www.ishta.io / www.ishta.eu
contact@ishta.fr
Antoine Peillon, alias Ishta
french journalist (catre de presse / press card / CIJP / n° 56057), reporter & imaginalist

ishta.fr - .io - .eu / © Ishta / pictures and videos / belief / beauty / black & white / color / concerned / cityscapes / erotic / humanist / landscapes / nature / night / nudes / outdoor / people / polaroids / portraits / report / sensual / signs & symbols / smartphoneography / social / street / travel / urban

Fondateur et coordonnateur du collectif BILDOJ (www.bildojphotos.org), de la revue BILDOJ (www.bildoj.net), des éditions de La Luminade (www.laluminade.f) et de la chaîne COGITO.TV (www.cogito.tv).

Cornell Capa (1918–2008) chose the phrase "concerned photographer" to describe those photographers who demonstrated in their work a humanitarian impulse to use pictures to educate and change the world, not just to record it. During a long and distinguished career as a photographer, Capa worked for Life magazine from 1946 to 1967, and for the Magnum Photos agency beginning in 1954, covering social and political issues in the United States, as well as England, the Soviet Union, Israel, and Central and South America...
"Concerned photography" is the recording of what the world looks like, with a social and/or environmental focus. It is a form of documentary photography, with the aim to draw the public's attention to ongoing social issues. It may also refer to a socially critical genre of photography dedicated to showing the life of underprivileged or disadvantaged people.

ESPRIT : "Je suis aveugle et je ne vois pas les choses de ce monde, mais quand la lumière vient d’En Haut, elle illumine mon cœur et je peux voir, car l’Œil de mon cœur (Ishta) voit toute chose. Le cœur est le sanctuaire au centre duquel se trouve un petit espace où habite le Grand-Esprit et ceci est l’Œil (Ishta). Ceci est l’Œil du Grand-Esprit par lequel Il voit toute chose et par lequel nous le voyons. Lorsque le cœur n’est pas pur, le Grand-Esprit ne peut être vu, et si vous deviez mourir dans cette ignorance, votre âme ne pourra pas retourner immédiatement auprès de Lui, mais devra être purifiée par des pérégrinations à travers le monde."
Héhaka Sapa Black Elk (élan noir), homme sacré de la tribu des indiens Lakota (Sioux), mort en 1950, dans la réserve de Pine Ridge.

Une façon de vivre
"L’appareil photographique est pour moi un carnet de croquis, l’instrument de l’intuition et de la spontanéité, le maître de l’instant qui, en termes visuels, questionne et décide à la fois. Pour « signifier » le monde, il faut se sentir impliqué dans ce que l’on découpe à travers le viseur. Cette attitude exige de la concentration, de la sensibilité, un sens de la géométrie. C’est par une économie de moyens et surtout un oubli de soi-même que l’on arrive à la simplicité d’expression.
Photographier : c’est retenir son souffle quand toutes nos facultés convergent pour capter la réalité fuyante ; c’est alors que la saisie d’une image est une grande joie physique et intellectuelle.
Photographier : c’est dans un même instant et en une fraction de seconde reconnaître un fait et l’organisation rigoureuse de formes perçues visuellement qui expriment et signifient ce fait. C’est mettre sur la même ligne de mire la tête, l’œil et le cœur. C’est une façon de vivre."
Henri Cartier-Bresson

L'humanité de l'instant
"S’il est une chose que doit posséder une photographie, c’est l’humanité de l’instant. Cette forme de photographie est appelée réalisme. Mais le réalisme seul ne suffit pas. Il doit être visionnaire. C’est à ce prix qu’une photographie pourra être réussie. La ligne est ténue où s’arrête le sujet et commence l’esprit."
Robert Frank

Observateur critique
"Je me suis autodésigné comme observateur critique de la société dans laquelle je suis né, avec une tendance à faire honneur et donner une reconnaissance à ce qui est souvent ignoré ou invisible."
David Goldblatt

Documentaire critique
"Ainsi, nous entendons ne pas laisser dans l'ombre qui et quoi que ce soit, et cela fonde à notre sens un projet documentaire. Nous ne saurions refuser le monde, ses évidences, au profit d'un monde uniquement tourné vers le profit, l'exclusion, l'exploitation, le nationalisme étroit. Nous préférons considérer, au contraire, les subalternes, ceux qui sont les grands acteurs de l'Histoire bien qu'ils aient disparu des sphères organisées de la visibilité. (...) La photographie documentaire entend s'exercer comme une des modalités de pensée critique du monde, pour le pire et le meilleur, mais surtout dans un large mouvement prospectif pour l'avenir."
Philippe Bazin

Les signes
"Ce qui m’intéresse, ce sont les signes que trace l’homme sans le savoir, mais sans faire mourir la terre. Ce n’est qu’alors qu’ils ont un sens pour moi, ils deviennent émotion. Finalement, photographier, c’est comme écrire : le paysage est plein de signes, de symboles, de blessures, de choses cachées. C’est un langage inconnu que l’on commence à lire, à connaître au moment où on commence à l’aimer, à le photographier."
Mario Giacomelli, entretien avec Frank Horvat, février 1987.

L’univers imaginal (mundus imaginalis), comme la forêt, "est un monde qui n’est plus le monde empirique de la perception sensible, tout en n’étant pas encore le monde de l’intuition intellective des purs intelligibles". C'est un "monde entre-deux, monde médian et médiateur, sans lequel tous les événements de l’histoire sacrale et prophétique deviennent de l’irréel, parce que c’est en ce monde-là que ces événements ont lieu, ont leur lieu", un monde, enfin, "qui d’emblée impose à la puissance imaginative une discipline impensable là où elle s’est dégradée en “fantaisie”, ne secrétant que de l’imaginaire, de l’irréel, et capable de tous les dévergondages". (Henry Corbin, "Corps spirituel et terre céleste", Prélude à la deuxième édition : "Pour une charte de l’Imaginal", Buchet-Chastel, 1978)

Mes boîtiers : Asahi Pentax Spotmatic F, Leica D-Lux 5, Leica M2, Leica M3, Leica M6, Minox 35 GT, Nikon Coolpix AW 130, Samsung S3 + Sony Xperia XZ (smartphoneography), Sony NEX-6, Fujifilm X100v, Fujifilm X-Pro2, Fujifilm X-T3.

Mes objectifs : Asahi SMC Takumar 20mm f/4.5, Asahi SMC Takumar 35mm f/2, Asahi SMC Takumar 50mm f/1.4, Carl Zeiss Sonnar E 24mm f/1.8, Sony E 10-18mm f/4, Sony E 16-50mm f/3.5-5.6, Sony E 16mm f/2.8, Leica Summicron-M 35 mm f/2, Leica Summicron-M 50 mm f/2, Fujinon XF 23 mm f/2 R WR, Fujinon XF 35 mm f/2 R WR, Fujinon XF 16 mm f/2,8 R WR, Fujinon XF 50 mm f/2 R WR.

All images are protected by copyright laws. Do not use my photographs in any kind of publication (print, weblog or in any other way) without my written permission. My photos are Copyrighted © and Licensed as All Rights Reserved. If you wish to use any of my photos, please send a request to my e-mail address : contact[at]ishta.fr

Toutes les photographies du blog www.ishta.fr / www.ishta.io / www.ishta.eu sont protégées par les dispositions du Code français de la propriété intellectuelle et, plus généralement, par celles des traités et accords internationaux comportant des dispositions relatives à la protection des droits d’auteurs. Elles sont la propriété exclusive d’Antoine Peillon, dit "Ishta".

Droit à l’image
La photographie sociale et humaniste est un courant à la fois artistique, sociologique et politique. Elle se traduit généralement par des prises de vue dans des situations spontanées et des lieux ouverts au public : nature, rue, transports en commun, manifestations… Les photographies présentées par ce blog s’inscrivent dans cette démarche laquelle est protégée par le droit à l’information et celui de la liberté d’expression artistique. Cependant, si vous apparaissez sur certaines images et que vous ne souhaitez pas y figurer, envoyez un e-mail via le formulaire de contact. Dès réception, le cliché sera retiré, par strict respect de votre droit à l’image.

Fujifilm Professional Services (FPS) / FR159183